FANDOM


La Biennale de Venise est une manifestation d'art contemporain.

Elle est considérée comme une des plus prestigieuses manifestations artistiques dans le monde.C'est aussi une des plus anciennes puisqu'elle fut créée en 1893 et se tint pour la première fois en 1895 en tant que « Exposition Internationale d'Art de la Cité de Venise ». Sa seconde édition, lui valant le nom de « Biennale » eut lieu deux ans plus tard.

La manifestation cinéma de la Biennale est annuelle et décerne également des récompenses dont le Lion d'or. La Biennale présente aussi des manifestations dans les domaines du théâtre, de la danse, de l'architecture et de la musique.

HistoireModifier

Le 19 avril 1893, le conseil municipal de Venise décide, pour commémorer les vingt-cinq ans de mariage du roi Humbert Ier et de Marguerite de Savoie, d'organiser une exposition biennale d'art. Cependant, l'exposition ne se tint finalement que deux ans plus tard, principalement grâce à l'impulsion du poète et maire de la ville Riccardo Selvatico. Un pavillon (appelé aujourd'hui Pavillon central) fut construit dans les Giardini créés au début du XIXe siècle sur ordre de Napoléon Bonaparte, à la point du sestiere de Castello. Il fut décidé d'inviter des artistes vénitiens, italiens et internationaux qui devaient exposer chacun au maximum deux œuvres inédites. La première Exposition Internationale d'Art de la Cité de Venise reçut du 22 avril au 22 octobre 200 000 visiteurs. Les premiers Prix furent attribués à deux artistes : Giovanni Segantini et Francesco Paolo Michetti. Le « prix du public », attribué par référendum à la fin de l'exposition fut attribué à Giacomo Grosso pour L'Ultimo Convegno, repésentant un cadavre entouré de femmes nues, œuvre scandaleuse.

Les lieuxModifier

La Biennale est présentée dans deux lieux principaux et de nombreux pavillons annexes. Sont présentés aussi bien des artistes à titre individuel que les différents pays invités.

'Les Giardini

Pour l'Exposition Internationale d'Art de la Cité de Venise, le maire de Venise Riccardo Selvatico commanda à l'ingénieur municipal Enrico Trevisanato un bâtiment dans les Giardini de Castello. Celui-ci recruta les architectes Marius Pictor et Bartolomeo Bezzi ainsi que les sculpteurs Lorenzetti, Nono, Guisti et Benvenuti. La façade de ce premier bâtiment dans le Stile Liberty comprenait un pronaos à quatre colonnes. Les expositions avaient lieu dans l'immense hall intérieur, sans organisation interne. Le palazzo, comme il était aussi parfois surnommé, fut très vite agrandi à mesure que la Biennale gagnait de la renommée et que le nombre d'artistes invités augmentait. Ce bâtiment fut appelé « Pro Arte » en 1894. Après la construction des premiers pavillons nationaux, il devint « pavillon central » . Il a été l'objet de nombreuses restructurations.

Le pavillon central abrita toutes les biennales jusqu'en 1905. Cette année-là, les organisateurs suggérèrent aux différents pays participant régulièrement de construire leur propre pavillon. Le pavillon belge fut le premier pavillon étranger construit dans les Giardini, à l'initiative du directeur général belge des beaux-arts Hippolyte Fierens-Gevaert. Il date de 1907.

Le pavillon hongrois fut inauguré en 1909. Il est l'œuvre de Géza Rintel Maróti qui s'inspira de l'architecture et de l'art traditionnels religieux magyars comme en témoigne la riche décoration encore présente.

Le pavillon français, inauguré en 1912 avec une exposition Rodin, fut dessiné par l'ingénieur Faust Finzi tandis que le décor fut confié à Umberto Belloto.

En 1914, le pavillon dessiné par Gustav Ferdinand Boberg devait accueillir la Suède mais il fut finalement attribué aux Pays-Bas. À son emplacement, Gerrit Rietveld fit ériger l'actuel pavillon néerlandais en 1953, dans la lignée du mouvement De Stijl. Le pavillon russe, inauguré en 1914 est inspiré de l'architecture russe du XVIIe siècle et est l'œuvre d'Aleksej V. Ščusev.

Même s'il ouvrit dès 1922, le pavillon espagnol ne fut achevé qu'en 1924 lorsque le décorateur Javier De Luque acheva la décoration en style baroque castillan. La façade fut revue en 1952 par l'architecte Joaquin Vaquero Palacios.

Le pavillon tchécoslovaque (aujourd'hui tchèque ou slovaque en alternance) fut inauguré en 1926. Il est l'œuvre de l'architecte Otakar Novotný dans un style très dépouillé. La seule décoration, de style cubiste tchèque, la corniche au dessus de l'entrée a été enlevée depuis.

Les architectes américains Chester Holmes Aldrich et William Adams Delano ont pastiché les grandes demeures coloniales XVIIIe siècle pour dessiner le pavillon américain, inauguré en 1930.

Le pavillon danois, bâti sur des plans de Carl Brummer, fut inauguré en 1932. De style néoclassique, il dispose d'un péristyle destiné à accueillir des sculptures. En 1958, Peter Koch ajouta une extension.

Pour la Biennale de 1932, il fut décidé d'organiser une exposition des arts décoratifs vénitiens. Les jardins de la Biennale sont divisés en deux par un canal, le Rio dei Giardini. La construction d'un bâtiment de l'autre côté du canal fut confiée à Brenno del Guidice. Le pavillon, dit vénitien, est en arc de cercle. Il était précédé d'une colonnade et d'un bassin (disparus pour laisser ensuite la place au pavillon brésilien). La partie centrale de ce bâtiment reste le pavillon vénitien tandis que ses ailes ont été attribuées à différents pays.

Après la seconde guerre mondiale, onze nouveaux pavillons furent construits dans les Giardini.

Le dernier pavillon construit dans les jardins est celui de la Corée (du Sud). Installé derrière les pavillons allemand et japonais, il date de 1996. Il intègre un bâtiment de service en briques des années 1930 sur lequel il est installé. La structure de verre et métal est l'œuvre de Seok Chul Kim et Franco Mancuso.

L'Arsenale

Depuis 1999, la Biennale dispose également d'un deuxième lieu d'exposition : l'Arsenale (50 000 m² dont 25 000 m² en intérieur). La marine italienne a en effet cédé au Ministère de la culture une partie du domaine militaire : Corderie, Artiglierie, Gaggiandre, Tese Cinquecentesche et Tese delle Vergini. La Corderie (316 m de long), qui a déjà accueilli la première exposition internationale d'architecture en 1980, en est le bâtiment principal

Dans le reste de la ville

Les pays n'ayant pas de pavillons aux Giardini ou à l'Arsenale se répartissent dans le reste de la ville entre les palais, les galeries d'art et les églises. Les lieux sont parfois définitifs. L'Arménie est ainsi dans la Ca' Zenobio degli Armeni qui appartient à la congrégation des pères mékhitaristes arméniens. Le Luxembourg est installé à la Ca' del Duca ; Taiwan dans les Piombi. Le Palazzo Malipiero accueille aussi régulièrement des pavillons nationaux.

Prix Modifier

La Biennale d'art contemporain, décernent des prix parmi lesquels un Lion d'Or, récompensant la meilleure participation nationale à cette exposition internationale d'art contemporain.

1997

1999

2001

2003

2005

2007

  • Lion d'Or pour l'ensemble de son œuvre : Malick Sidibé [zw] (Mali)
  • Lion d’Or du critique d’art : Benjamin Buchloh (historien d’art américain et professeur à la Columbia University)
  • Mention honorable pour un pavillon national : Pavillon lituanien : Nomeda Urboniene et Gediminas Urbonas
  • Lion d’Or de la participation nationale : Pavillon hongrois : Andreas Fogarasi
  • Lion d’Or de l’artiste de moins de 40 ans : Emily Jacir (Palestine)
  • Lion d’Or de l’artiste ayant participé à l’exposition internationale : León Ferrari (Argentine)
  • Mention honorable pour un artiste ayant participé à l’exposition internationale : Nedko Solakov (Bulgarie)

2009

  • Lion d'Or pour l'ensemble de son œuvre : Yoko Ono (Japon)
  • Lion d'Or pour l'ensemble de son œuvre : John Baldessari (États-Unis)
  • Lion d’Or de la participation nationale : Pavillon des Etats-Unis : Bruce Nauman
  • Lion d’Or du meilleur artiste ayant répondu au thème 2009 « Fare Mondi // Making Worlds » : Tobias Rehberger [zw] (Allemagne)
  • Lion d’Argent du meilleur artiste prometteur : Nathalie Djurberg (Suède)
  • Mentions spéciales :
    • Remaking Worlds : Lygia Pape (décédée en 2004) (Brésil)
    • Curating Worlds : Michael Elmgreen et Ingar Dragset, commissaires des Pavillons Danois et des pays nordiques (Finlande, Norvège et Suède)
    • Expanding Worlds : Ming Wong (Singapour)
    • Translating Worlds : Roberto Cuoghi (Italie)

2011Modifier

2013Modifier

2015Modifier

2017Modifier

Voir aussiModifier

Giardini.jpg

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard