FANDOM


Le Musée International des Arts Modestes a été créé en 2000 à Sète, ville natale de Hervé Di Rosa qui s'est associé pour ce projet à l'artiste et collectionneur Bernard Belluc. L'architecture du lieu a été confiée à Patrick Bouchain.

Ce sont, à sa création, les collections de Di Rosa et Belluc qui constituent le fonds de ce musée dédié à l'exploration de la création populaire, avec la collaboration de Hervé Perdriolle .

Les arts modestesModifier

C'est l'un des fondateurs du concept d'art modeste, le peintre Hervé Di Rosa qui s'est en fait servi du lapsus commis par une petite fille lors d'une exposition de son œuvre au Musée des Enfants du Musée d'art moderne de la Ville de Paris, en 1988, "Viva Di Rosa": l'enfant demande à sa mère quand elle pourra revenir au musée de l'art "modeste". Di Rosa est aussitôt intéressé par cette qualification correspondant au principe d'humilité qui fonde son oeuvre, contre la prétention d'artistes conformistes et élitistes.

L'adjectif "modeste" exprime une critique de l'enfermement orgueilleux de l'art sur lui-même, sans communication. Or l'artiste "modeste" veut être compris de tous, chacun pouvant s'approprier l'oeuvre modeste, autant intellectuellement que matériellement. D'autre part un artiste comme Di Rosa n'établit pas de hiérarchie entre les différentes formes d'art, chacune ayant sa valeur, d'où la diversité des créations "modestes".

Tout objet étant respectable, y compris les cadeaux Bonux ou poupées Barbie, par exemple, parce qu'issu du travail humain, il s'agit pour l'art modeste de mettre en valeur les choses les plus banales, quotidiennes, en portant sur elles un regard qui n'est plus utilitaire, mais chargé d'affection, grâce à des assemblages, des mises en scène, la création d'environnements qui vont leur donner une âme. Selon Di Rosa la fonction de l'art est " d'envahir la vie, de la rendre moins dérisoire.".

Arthur Rimbaud aurait adhéré à l'art modeste si l'on considère ce qu'il déclare dans Une saison en enfer : "J'aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors, toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires...". Selon la conception développée par Hervé Di Rosa, fondateur du mouvement, peut se revendiquer le statut d'artiste modeste tout créateur, artisanalement ou industriellement, d'objets suscitant des émotions, ayant une valeur affective. Et les lieux de l'art modeste peuvent être aussi bien les Puces, Emmaus, que le MIAM.

ExpositionsModifier

2000 à 2006Modifier

2000

  • Mexico ! Mexico ! : le MIAM met en lumière un pays étranger et ses étranges créations.
  • Fait Maison / Home made : tente d'établir des passerelles, de provoquer des courts-circuits entre art "modeste" et art "contemporain".

2001

  • King Size : Lorsque Elvis Presley est mort le 16 août 1977 à Graceland, la jeunesse de beaucoup de ceux qui étaient encore jeunes à cette époque s'est évanouie. Cette exposition montre qu'il est encore vivant. Dans nos souvenirs, dans la mémoire collective, pas seulement au travers de sa voix, mais aussi au travers des milliards de représentations qui en ont fait une icône que l'on rencontre aussi bien à Memphis qu'à Tel-Aviv.

2002

  • Modesties exotiques
  • Les Biascamano, une famille d'artistes : Berceau et muse de personnages tels que Georges Brassens, Jean Vilar ou encore Paul Valéry, la cité méditerranéenne abrite Grande Rue Haute une famille d'artistes hors du commun : les Biascamano, quatre artistes, deux générations, le grand-père Jean Boniface (1906-1985) et ses petits enfants, Patricia, Stephan et Aldo Biascamano, marqués par la personnalité de leur père Charlou, dernier pêcheur à la traîne et conteur d'histoires appréciées.
  • Au hasard le paysage: Pierre Schwartz présente au MIAM la série des Buts, commencée en 1989, autour du monde. Plus de 1500 clichés de cages de football, fenêtres pointant un paysage, banal et anti-spectaculaire: Balaruc les Bains, Marseille, le Soudan, l'Afrique du sud, le Mexique, la Turquie, le Vietnam et bien d'autres.

2003

  • Pop up : L'exposition présente la remarquable collection de livres animés et de jouets en papier de l'artiste catalan Quim Corominas selon un parcours qui ménage des échos entre les œuvres de différentes époques et cultures.
  • Chapoleon : Invité à s'approprier un des espaces du MIAM pour y concevoir une installation monumentale, Bernard Belluc met en scène, du 20 juin 2003 à février 2004, ses « campagnes napoléoniennes ». Des objets d ‘époque, des reliques, des curiosités, des éléments dérisoires liés à la légende napoléonienne et mis en scène par la fantaisie visuelle de l'artiste composent un décor monumental destiné à accueillir une série d'évènements et de performances. Monde rêvé et réinventé, Chapôléon exprime une expérience sensible et personnelle
  • Raynaud :En regard de l'exposition Pop up à Sète , l'artiste français Patrick Raynaud propose une sélection de dix œuvres monumentales conçues entre 1975 et 1985. Vaisseliers, bouquets, arbres, cabanes, guirlandes de bonhommes surdimensionnés et taillés dans du bois ou du carton, elles évoquent les pliages des livres d'enfance qui font apparaître, une fois ouverts, un univers en trois dimensions.
  • MIAM MIAM glouglou 2003 ( octobre 2003 - janvier 2004). La Ville de Sète et le Musée International des Arts Modestes (MIAM) créent le premier rendez-vous annuel des vignerons et des artistes du Languedoc-Roussillon, à la Saint-Bienvenue.

2004

  • Carlo Zinelli (29 janvier - 28 mars 2004 ) :première grande exposition sur l'artiste Carlo Zinelli dit Carlo qui réalisa des milliers de gouaches déconcertantes, toutes différenciées, dans le silence d'un hôpital psychiatrique de Vérone.
  • Narcochic Narcochoc (29 avril - décembre 2004) : Narcochic, narcochoc, pose un regard sur une réalité contemporaine, du Mexique et d'ailleurs, la « narcoculture ». Forte d'une identité propre, cette culture est à l'origine d'une création saisissante, où cohabitent des formes artistiques abondantes et diverses. Ni apologique, ni historique, encore moins exotique, l'exposition fait appel à notre vision sensible comme à notre regard critique. Elle entend faire jouer nos interrogations sur un phénomène qui irrigue en profondeur les sociétés modernes et dont elle tentera de mettre en évidence le rôle de catalyseur visuel.
  • MIAM MIAM glouglou 2004 (28 octobre 2004 - 30 janvier 2005) : L'exposition invite le public à découvrir les projets d'étiquettes conçues par les artistes sélectionnés (Annie Barrat, Lilian Bourgeat [zw], Jean-Baptiste Bouvier, Frédéric Duprat, Emmanuel Louisgrand) et un des chefs d'œuvre de l'art populaire: Le lit "Croque la pomme" de Louis Gelhay...

2005

  • Les hommes de sucre (11 février - 9 mai 2005) : collection exceptionnelle de figurines, d'objets et de représentations en sucre, collectés et rassemblés depuis près de vingt ans par le DIAB (les Domaines Inconnus de l'Art Brut).
  • Paradirama (18 juin - 14 novembre 2005) : Le MIAM poursuit son exploration des continents méconnus de la création populaire contemporaine. Terra incognita, lieux ou moments de culture inclassables qui se développent à l’écart des courants habituels de l’art contemporain, ces manifestations produisent des images fortes et décalées. Elles inventent des attitudes et du sens.<br<C’est le cas des multiples univers artistiques nés de cette fascination récurrente pour les îles des mers du Sud où se mêlent, dans une sorte de fiction parfois mystique, un sentiment de simplicité naturelle, une volupté affichée et l’image d’un été perpétuel. Une part des rêves occidentaux et américains s’est construite sur ces sédiments exotiques donnant lieu à des expressions artistiques singulières, à des styles décoratifs ou à des modes de vie qui agissent encore aujourd’hui. « Pop polynésien », « Tiki Art », «Culture surf » mais aussi certains aspects de la scène artistique actuelle suggèrent la diversité des sensibilités et des possibilités formelles inspirées aux hommes par le vieux rêve polynésien.
  • Le manège enchanté (10 décembre 2005 - 12 mars 2006) : célèbre film d’animation créé par Serge Danot.

2006

  • miam miam GLOUGLOU en Languedoc- Roussillon
    • Etape 1: Sète , A la santé des artistes ! 1er avril - 4 juin 2006. La jeunesse est à l'honneur de cette nouvelle cuvée MIAM MIAM glouglou. Sous l'égide du MIAM , de jeunes artistes issus de régions viticoles s'associent depuis trois ans à des vignerons de la Région Languedoc-Roussillon pour la création d'étiquettes. A l'occasion de l'édition 2006, le MIAM a souhaité présenter l'ensemble des huit projets d'étiquettes imaginés à ce jour et a proposé à leurs auteurs de lever un coin du voile sur leur propre univers artistique.
    • Etape 2: Le Cailar, VIGNES 2 avril - 18 juin 2006 La Maison Mathieu construite au XIXè siècle et abritant aujourd'hui le Cercle d'Art Contemporain du Cailar, reçoit au printemps 2006 les créations sur la vigne et le vin de six artistes contemporains. Usant de médiums différents - peinture, installation, photographie, vidéo- les oeuvres de ces artistes occupent l'ensemble de cette ancienne maison de vigneron.
    • Etape 3: l'Aude Bouteilles en Corbières 9 juillet - 15 octobre 2006 Une exposition a été présentée dans le château médiéval de Villerouge-Termenès.
  • Bang! Bang! trafic d'armes de Saint-Etienne à Sète (30 juin 2006 - 14 janvier 2007) Pensée et organisée conjointement par le Musée International des arts Modestes et le Musée d'Art et d'Industrie de Saint-Etienne qui ont fait jouer leur complémentarités, l'exposition Bang! Bang! Trafic d'armes de Saint-Etienne à Sète explore l'univers des armes. Se déployant autour de ce thème sensible, où les enjeux de la création contemporaine rejoignent les questionnements du présent, l'exposition témoigne de la relation paradoxale entretenue par l'homme avec ces objets pulsionnels.
  • 1000 pavois? (17 mars - 3 juin 2007) Le Musée International des Arts Modestes s’associe avec La Ligue de Joutes Languedociennes et la coordination des sociétés de joutes, afin d’organiser une grande exposition de pavois décorés. De Béziers au Grau du Roi en passant par Agde, Marseillan, Mèze, Balaruc, Sète, Frontignan, Palavas, les joutes languedociennes ont donné lieu à la création d’oeuvres d’artistes amateurs ou professionnels, célèbres ou anonymes, auxquels le MIAM souhaite rendre hommage. 1000 pavois ?, tel un défi, tente de donner à voir au public l’exposition la plus importante jamais réalisée autour de cette expression artistique populaire.

2007 et aprèsModifier

2007

  • MIAM MIAM GLOU GLOU : 5ème EDITION du 5 au 7 octobre 2007;
  • L'Art modeste sous les bombes (30 juin 2007 au 18 mai 2008) Organisée conjointement par le Musée International des Arts Modestes, le Musée Paul Valéry à Sète et l’Abbaye d’Auberive, l’exposition Graffiti Stories propose une lecture non exhaustive du graffiti, tel un état des lieux 30 ans après l’apparition de ce phénomène. Le MIAM poursuivant son exploration de la création populaire contemporaine propose à des artistes de la scène internationale graffiti de peindre entièrement l’intérieur du Musée des Arts Modestes afin d’y réaliser une gigantesque œuvre d’art :

artistes :

  • Alëxone , Paris
  • Esmaeil Bahrani, Téhéran
  • Dzus, Kaohsiung
  • David Ellis, New York
  • Maya Hayuk, New York
  • Jonone, Paris
  • Mist, Montpellier
  • Nunca, Sao Paulo
  • Reach, Taipei
  • Zonenkinder, Mainz.

2008

  • Coquillages et crustacés ( 20 juin- 16 novembre 2008) Centrée sur des productions d'aujourd'hui, la majorité des pièces exposées étant l'œuvre d'artistes contemporains. Elle s'organise autour d'artistes pour la plupart reconnus, dont plusieurs créent des pièces pour cette occasion. Cet ensemble d'oeuvres contemporaines est mis en perspective selon trois angles: des oeuvres d'art brut et d'art singulier, des objets populaires et une collection de parures ethniques.
  • Kitsch Catch (12 décembre 2008 - 12 mai 2009) Explore l’univers insolite des gladiateurs du ring : masques et paillettes, voltiges dangereuses et pseudonymes improbables sont inscrits au programme d’une découverte artistique et culturelle inattendue.

2009

  • @ Table! - juin 2009/novembre 2009

2010

  • Sur le fil - décembre 2009/mai 2010
  • Global Caraïbes - juin 2010/octobre 2010

2011

  • Les territoires de l'Art modeste - novembre 2010/octobre 2011

2012

  • My Winnipeg - novembre 2011/avril 2012
  • Gromiam les 20 ans de Groland - juin 2012/novembre 2012

2013

  • Les Trésors de l'Art modeste - décembre 2012/mars 2013
  • Manila Vice, un regard sur la création contemporaine philippine, commissaire Manuel Ocampo [zw] ; avril - septembre 2013

GalerieModifier

http://zawiki.free.fr/commun/manillavice.jpg
Manilla Vice 2013

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard