FANDOM


Tomaž Humar, alpiniste slovène, surnommé Gozdni Joža

BiographieModifier

Tomaž Humar est né le 18 février 1969 à Kamnik en Slovénie. Il habitait toujours Kamnik, quand il n'était pas en expédition. Il est mort aux alentour du 10 novembre 2009 sur les pentes du Langtang Lirung , au Népal.

Tomaž Humar possède un palmarès de plus de 1500 courses réussies. Il a reçu des récompenses internationales prestigieuses comme le Piolet d'Or en 1996 pour son ascension originale de l' Ama Dablam.

Tomaz Humar était un homme de voies très techniques et de premières, une gloire nationale dans son pays, la Slovénie. Dans les clubs d'alpinisme du bloc de l'Est, il avait connu une progression strictement encadrée avant de s'en affranchir: "Quand j'ai eu fini de liquider toutes les courses autorisées, je me suis lancé dans des trucs de plus en plus durs. Peu de types avaient envie de me suivre, alors je partais souvent seul. En voyant ça, les responsables de mon club ont pris peur. Ils avaient vraiment la trouille que je me tue. Je dois reconnaître aujourd'hui qu'ils n'avaient pas tort.."

En mai 1995, il frappe son premier coup himalayen sur le sommet de son dernier succès, l'Annapurna. Il est seul à 7 500 mètres, la tempête arrive, ses compagnons font demi-tour. Tomaz Humar débranche sa radio pour ne pas entendre l'ordre de faire demi-tour et continue seul jusqu'au sommet.

En 1999, des milliers de personnes l'attendent au retour du Dhaulagiri (8 167 mètres). Il avait passé sept jours seul dans l'immense paroi sud. Au sixième bivouac, il s'était "opéré" lui-même d'un abcès dentaire avec son couteau suisse. Le 1er novembre 1999, 2 millions d'internautes (selon lui) suivaient son arrivée en quasi-direct sur son site, où des photos au téléobjectif étaient diffusées depuis le début de l'ascension. Au retour, il racontait : "La descente aurait été impossible. Si quelque chose était arrivé, j'étais sûr de mourir."

En 2000, il avait eu un grave accident domestique. Il avait fait une chute alors qu'il réparait le toit de sa maison. Grièvement blessé aux deux jambes, il était resté plusieurs mois à l'hôpital et était passé dix fois sur la table d'opération. On lui prédisait un avenir en chaise roulante, il reprit en boitant le chemin des montagnes. Pour lui, grimper était devenu plus facile que marcher.

En 2005, Tomaz Humar s'était engagé, seul encore, dans l'immense versant Rupal du Nangat Parbat, au Pakistan. Le mauvais temps l'avait surpris et bloqué au premier tiers de l'ascension. Il était resté coincé six jours, prisonnier de pentes avalancheuses, avant qu'un hélicoptère de l'armée pakistanaise ne l'arrache épuisé à la paroi. In extremis. Ce sauvetage à 5 900 mètres d'altitude est resté le plus haut hélitreuillage jamais réussi. Tomaz Humar savait que, cette fois-là, il l'avait échappé belle. Depuis, il fêtait sur son blog les anniversaires de cette "deuxième naissance".

En 2007, il s'était laissé appeler de nouveau par l'Annapurna. Nouveau succès solitaire, par une voie peu banale, en gravissant la partie la plus à l'est de la face sud. Il avait été critiqué dans le milieu alpin pour son goût de la publicité.

Le 5 octobre 2009, il arrive au village de Langtang, au pied du Langtang Lirung. Il est accompagné seulement d'un porteur et d'un cuisinier et communique très peu. Après une longue période d'entrainement et de méditation, il entreprend début novembre l'ascension en solitaire. Il a vraisemblablement atteint le sommet et fait un chute dans la descente. Le 9 novembre, dans la soirée, il lance par téléphone satellite un SOS à un ami, en Slovénie. Il était tombé, s'était fracturé les jambes, des côtes et peut-être la colonne vertébrale. Il a donné très peu de détails.
Le lendemain, à 10 heures du matin, il a appelé une dernière fois, par radio, Jagat, le cuisinier qui l'attendait au camp de base. La liaison a été très courte.
Il est probable qu'il soit mort ce 10 novembre.
Son corps a été retrouvé le 14 novembre 2009 à 5 600 m d'altitude, à la suite d'une reconnaissance en hélicoptère.

Ascensions les plus marquantesModifier

  • 13 novembre 1994: Ganesh Himal V (6989 m), avec Stane Belak - Šrauf
  • 6 mai 1995: Annapurna (8091 m), ascension en solo
  • 4 mai 1996: Ama Dablam (6828 m), avec Vanja Furlan
  • 2 novembre 1996: Bobaje (6808 m), ascension en solo
  • 1er octobre 1997: Lobuche (6119 m), ascension en solo
  • 9 octobre 1997: Pomuri (7165 m)
  • 31 octobre 1997: Nuptse (7742 m), avec Janez Jeglic
  • 26 octobre 1998: El Capitan (2307 m), ascension en solo
  • 2 novembre 1999: Dhaulagiri (8167 m), ascension en solo
  • 8 novembre 2002: Shisha Pangma, (8046 m), avec Maksut Žumajev, Denis Urubko, Aleksej Raspopov, Vasilij Pivcov
  • 22 décembre 2003: Aconcagua (6960 m), avec Aleš Koželj
  • 23 avril 2005: Cholatse (6440 m), avec Aleš Koželj, Janko Operšnik
  • novembre 2009: Langtang Lirung (7227 m) (décès en descendant)

BibliographieModifier

Ouvrages de Tomaž Humar

Ouvrages sur Tomaž Humar

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard